Olivier Brévaux

Carte d’identité

Naissance : 17 décembre 1960 à Versailles, France.

Habite à Saint Prex, Vaud, Suisse.

Père de 3 grandes filles.

 

Le technicien. Passionné de conduite et de trains, ce sont ses compétences techniques et informatiques qui sont venues renforcer l’équipe de 3 associés de Muse Rolling.

 

 

La première question est de savoir pourquoi il a eu envie de s’associer à Muse Rolling ?

 

Du tac au tac, il répond « parce que ce n’était pas de l’informatique ! » L’envie de se plonger dans un nouvel univers, de découvrir autre chose l’ont tout de suite attiré.

 

Cela fait de longues années qu’il pensait à créer sa propre société, mais il n’avait pas encore eu l’idée, et avait envie de le faire à plusieurs, pour partager, ne pas être seul dans l’aventure. L’idée de Thierry lui a d’emblée parue sympa. Elle semblait tellement innovante, il s’est dit « ça pourrait marcher. »

 

Ingénieur de formation, il a d’abord fait son premier diplôme en fabrication mécanique à l’école nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne. Depuis ses 16 ans, il voue une profonde passion à tout ce qui touche à la mécanique. Les chemins de fer tout d’abord, surtout les locomotives à vapeur. Puis les camions, d’immenses 6×6 tout terrain. Il possède un atelier chez lui pour la fabrication, l’outillage, la réparation de ces gros véhicules qui l’électrisent. C’est d’ailleurs fantastique de l’écouter raconter toutes ces histoires de construction. « Tout m’intéresse, c’est ça le problème ! » ajoute-t-il, enthousiaste.

 

Il a fait ensuite l’école des Mines en génie logiciel informatique. Et c’est dans ce domaine qu’il effectuera l’ensemble de sa carrière professionnelle. Dans des multinationales et grandes entreprises dans le domaine informatique, puis pharma, et enfin bancaire.

 

 

Qu’aimeriez-vous apporter avec ce produit ?

 

« J’ai envie d’apporter ma pierre à l’édifice. »

Il aime le fait qu’avec ce projet, il puisse procurer du plaisir aux propriétaires de leurs longboards. Car il apprécie aussi la beauté, les objets bien finis, propres, comme le seront les planches Muse. « Du bel ouvrage, un travail authentique et soigné » pour reprendre ses termes.

 

Lorsqu’on lui parle de mobilité douce, Olivier nous apprend qu’il ne possède plus de voiture en Suisse depuis plus de 10 ans. Il ne se déplace qu’en transports publics.

« Utiliser les transports en commun, c’est un choix. Ce n’est pas toujours facile, mais ça me convient bien. Je fais gaffe à notre environnement. » Le week-end par contre, il a régulièrement du matériel à transporter pour ses loisirs, et là pas le choix, il lui arrive d’utiliser sa voiture. Mais seulement sur de petites distances.

 

En ce qui concerne le longboard Muse Rolling, il ne l’utilise pas au quotidien, comme Thierry. « Je marche beaucoup, je prends le train, puis le bus, et ensuite je vais au travail à pied. J’ai une certaine frilosité en ce qui concerne les sports de glisse. Je suis plutôt Salsa ou natation. Je n‘ai jamais fait de skate, à peine un peu de ski. J’ai peur des gamelles que je pourrais prendre. Donc moi, pour rouler en longboard, il me faut un équipement de sécurité. »